Musicien passionné, éternel curieux, toujours guidé par le désir d’aventure, Patrick Bruel est l’un des artistes les plus complets, menant parallèlement sa carrière d’acteur, au théâtre et au cinéma, à sa carrière d’auteur-compositeur-interprète. Après plus de 30 ans de carrière Patrick Bruel continue de cumuler succès après succès.

Patrick Bruel mène cette double carrière de front. C’est grâce au réalisateur Alexandre Arcady qu’il décroche son premier rôle au cinéma dans « Le Coup de Sirocco » de Roger Hanin en 1979. Les deux hommes travailleront à nouveau ensemble pour « Le Grand Carnaval » en 1983, « L’Union sacrée » en 1990 et « K » en 1997. Bruel, acteur aux airs de jeune premier ne tarde pas à faire sa marque dans l’industrie du cinéma.

En 1983, Patrick se taille une place dans l’industrie de la musique grâce à la chanson « Marre de cette Nana » qui s’avère un énorme succès. En 1989, son second album, « Alors Regarde » regroupe les succès tel que « Casser la Voix » et « La Place des Grands Hommes » qui lui permettent d’accéder aux plus grandes scènes. Ces chansons restent à ce jour d’intemporels succès internationaux. Au Québec, Bruel remporte le Félix de « L’Artiste de la Francophonie s’étant le plus illustré au Québec » au Gala de l’Adisq de 1992.

En 1994, sortie de son 3ème album, « Bruel » qui vient confirmer le talent d’auteur-compositeur-interprète de Patrick Bruel auprès du public. Il vend plus de 4 millions d’exemplaire de ses deux premiers albums. Une immense tournée de spectacles suivra et donnera naissance à un album « live » lancé en 1995 où apparaîtra pour la première fois la chanson « Qui a le droit » qui deviendra un méga succès. Bruel fait alors son entrée dans le cercle très restreint des grandes stars de la chanson française.

En octobre 1999, Patrick reprend le chemin des studios et sort «Juste avant ». Cet album est alors reconnu comme étant le plus mature jusque là et mènera Bruel à une autre importante série de concerts intitulée « Rien ne s’efface ».

En 2002, Patrick enregistre « Entre deux » qui sera nommé album de l’année et vendu à près de 3 millions d’exemplaires. Ce disque double, qui devait être une parenthèse musicale avant le prochain album original, présente des reprises de chansons inspirées de la période de l’entre-deux guerres. Ces chansons, interprétées à l’origine par Charles Trenet, Maurice Chevalier et Jean Gabin pour ne nommer qu’eux, touchent le cœur d’un large public qui retrouve avec plaisir les aires de libération et de légèreté du chanteur dans ses interprétations. L’album triomphe, hors de toute attente, et la France se remet à danser sur « Mon Amant de St Jean » ou « la Complainte de la Butte ». Suite à ce succès phénoménal, l’envie de créer de l’auteur-compositeur Patrick Bruel refait surface et l’appel de la scène se fait sentir.

Cette même année, Patrick Bruel menant parallèlement sa carrière d’acteur et celle de chanteur, performe sur la scène du théâtre de la Madeleine, au côté de l’acteur Jacques Weber, dans la pièce policière « Le limier » mise en scène par Didier Long, tirée du film paru en 1972, « Sleuth ». Les critiques et le public sont unanimes, cette adaptation française est un franc succès et sera présentée plus de 150 fois à Paris.

A l’été 2005, Patrick Bruel s’inspire de sa vie personnelle. Quelques semaines suivant la composition de la chanson «Je fais semblant», l’auteur-compositeur-interprète termine la création de la plupart de ses pièces et entre en studio. Dans ce nouvel album, « Des Souvenir Devant» lancé en mars 2006 et certifié 3 fois Platine, Patrick met en chanson son univers avec une certaine pudeur. Avec poésie et émotion, l’amoureux se confond avec le citoyen, le père responsable avec l’éternel adolescent, le fils avec l’enfant qu’il était. Encore une fois, Patrick Bruel est là où on ne l’attendait pas. Ces chansons inspirées des moments de sa vie, les plus simples mais les plus vrais, rejoignent de façon juste mais avec délicatesse les souvenirs de tous. Jusqu’à l’été 2007, Patrick Bruel retourne avec bonheur sur scène. Son public est plus qu’hâtif de retrouver l’effervescence et les émotions que l’artiste partage avec lui en spectacle. La tournée « Des souvenirs…ensemble », débute par 6 prestations au Zénith de Paris et se termine par 2 prestations à Bercy, est présentée à guichet fermé. De plus, fait rare pour un artiste français, la tournée affiche plusieurs dates aux États-Unis et s’arrête notamment à New-York et Los Angeles.

De 2007 à 2010, Bruel retourne vers son autre passion : le cinéma. Il occupe les rôles principaux dans les films « Un secret », de Claude Miller « Le code a changé » de Danièle Thompson, et dans « Comme les 5 doigts de la main » d’Alexandre Arcady.

C’est en 2008 que Patrick Bruel a l’idée de revisiter ses propres succès en formule acoustique dans de petites salles qui lui permettent de se rapprocher de son public. Cette tournée intimiste nommé « Seul… ou Presque » prend d’assaut les routes de France, de Belgique, de Suisse et du Canada d’octobre 2008 à juin 2009. Patrick s’est imposé avec les années comme un artiste reconnu, tissant étape par étape un lien unique avec son public à qui il est resté fidèle, instaurant avec lui un sentiment de confiance accompagné d’un fort capital de sympathie.

Bruel continue son parcours théâtral dans la comédie « Le prénom », mise en scène par Bernard Murat. Triomphe de l’année, cette première pièce de Matthieu Delaporte et Alexandre De La Pattelière sera jouée à guichets fermés de septembre 2010 à juin 2011 ! C’est en avril 2012 que la pièce sera adaptée pour le cinéma. Le film sera un immense succès et vaudra à Patrick Bruel une nomination pour le César du Meilleur Acteur.

Pendant cette même période, Patrick joue également dans le premier film de Sophie Lellouche « Paris-Manhattan » (2012) aux côté d’Alice Taglioni, dans lequel Woody Allen fait une apparition dans son propre rôle.

En novembre 2011, le livre « Conversations avec Claude Askolovitch » paraît aux Editions Plon. Ce livre qui, comme Patrick Bruel le mentionne, aurait pu s’intituler « Ma vie dans le désordre », où l’artiste se raconte dans un échange avec le journaliste.

C’est en 2013, que parait le 7ème album studio de Bruel « Lequel de nous ». Les chansons de cet album reflètent littéralement les nouveaux enjeux de notre société en perpétuel changement avec le même goût pour la romance que nous connaissons de l’artiste. Abordant des thèmes comme les tentatives amoureuses humaines ou culturelles, le débat de la société contre les tabous tels les différences, la révolution technologique, l’isolement, et même la mort. Cet opus montre également les multiples influences musicales, certes très éclectiques, de l’auteur-compositeur-interprète en passant du refrain accrocheur, dont il détient le secret, à la surprise d’une musique complètement différente comme le montre son duo avec le rappeur La Fouine.

Patrick Bruel signe ici un album pertinent et généreux, à son image, qui lui fait reprendre la route des spectacles. Amorcée au printemps 2013, cette tournée a déjà triomphé dans toute la France, avec plusieurs concerts au Zénith à Paris et un à Bercy affichant complet. Elle est également passée par la Belgique, la Suisse et le Canada (Colisée de Québec et Centre Bell à Montréal). A noter que Bruel y est nommé pour le Félix de l’Artiste de la Francophonie s’étant le plus illustré au Québec au Gala de l’Adisq une fois de plus. Entre deux concerts, Patrick Bruel donne la réplique à Sophie Marceau dans une comédie de Tonie Marshall « Tu veux ou tu veux pas » qui sortira en octobre 2014. Il sera également de la distribution du film « Les Yeux Jaunes des Crocodiles » (histoire tirée du livre du même nom de Katherine Pancol) aux côté d’Emmanuelle Béart, réalisé pour le grand écran pas Cécile Telerman à paraître le 9 avril 2014.

Le tour 2013/2014 continue et passera par le Grand Stade de Lille le 5 septembre 2014, où Patrick sera le premier artiste français à s’y produire, par Londres et New York.

Patrick Bruel c’est 14 millions d’albums vendus incluant 7 albums studio, 2 compilations des meilleurs succès, 7 albums live, près d’une cinquantaine de films, le tout sans compter ses participations multiples au théâtre et ses innombrables tournées en Europe et ailleurs.

Reconnu pour être généreux et passionné, parions que Patrick n’a pas fini de créer et de jouer pour le bonheur de chacun de ses fans d’aujourd’hui et à venir.